Interview

3 questions à… Laure Le Vavasseur, directrice administrative et financière VYV Festival

Chaque mois, le blog vous propose de découvrir les métiers de celles et ceux qui fabriquent VYV Festival.

PARTAGEZ

Laure Le Vavasseur est la directrice administrative et financière de VYV Festival, rien que comme ça, ça en jette déjà. Derrière cet intitulé hyper classe, on retrouve un poste situé dans le centre névralgique du festival. Rencontre, en trois questions, avec Laure Le Vavasseur pour comprendre un métier pluriel.

1 – En quoi consiste le travail de la directrice administrative et financière de VYV Festival au quotidien?

Laure Le Vavasseur : Au quotidien, je réalise le budget du festival. En tout cas, j’en suis la garante puisque je le co-construis avec mes collaborateurs et notamment le directeur du festival. Plus généralement, je réalise tout ce que représente l’administration, c’est-à-dire tout ce que personne n’a envie de faire (rires) ! La gestion des assurances, les déclarations de droits d’auteur… C’est plein de petites choses accumulées qui représentent une grosse charge de travail finalement. Je m’assure également des moyens humains sur le festival : l’embauche, la paye. On traite beaucoup de contrats, avec les artistes certes mais aussi avec les techniciens, les permanents, les prestataires… Je m’occupe aussi des bons de commande, des factures… En fait il s’agit de gérer tous les flux d’argent, et de ressources humaines.

« Le travail que l’on fait au quotidien, c’est un investissement personnel fort ; c’est un travail passion ! Je ne remplis pas juste des tableaux Excel, je suis convaincue du message, de ce que l’on véhicule »

DR

Le budget ça représente une véritable cartographie de l’événement

On entend souvent dire que le travail d’administrateur est central et que c’est un des postes les plus important dans un festival, pourquoi ? C’est vrai que vous avez des yeux partout ?

Laure Le Vavasseur : C’est un poste très important, car l’administrateur possède une vision transversale. Le budget ça représente une véritable cartographie de l’événement, on a accès à tout grâce à ça. L’administrateur peut donc avoir des yeux partout effectivement mais c’est aussi une question de personnalité. Il y a des administrateurs qui sont assez étrangers aux questions techniques par exemple. Pour ma part, je n’ai pas forcément toutes les connaissances mais en tout cas je m’y intéresse. La curiosité est essentielle. Je m’intéresse aussi à l’évolution des lois en rapport avec le secteur ; Je pourrais fermer les yeux sur plein de choses, mais j’aime être au courant de ce qui évolue au quotidien.

Quel est l’aspect du métier le plus séduisant ?

Laure Le Vavasseur :

C’est la vision globale de l’événement. Monter un festival, c’est comme monter une ville, c’est assez énorme. Du coup, je peux aborder des aspects de la profession hyper larges. Par exemple, je travaille sur les dossiers et les autorisations au titre de l’environnement pour Natura 2000 (réseau européen des sites naturels protégés), ce qui me fait étudier les espèces d’oiseaux sur le parc naturel de la Combe à la Serpent, quelles sont leurs périodes de reproductions, etc…C’est quand même assez fou. Il n’y a pas de régularité dans le travail, et c’est grandement appréciable pour moi. Et puis monter un événement, c’est un crescendo d’adrénaline jusqu’à l’ouverture des portes. Cette année en 2021, quand on a ouvert après avoir reporté, annulé avec nos huit versions différentes du festival (en tout cas budgétairement parlant), c’était vraiment émouvant. J’ai même versé une petite larme. Travailler une année entière pour deux jours de festival, c’est difficilement concevable pour le public. Le travail que l’on fait au quotidien, c’est un investissement personnel fort ; c’est un travail passion ! Je ne remplis pas juste des tableaux Excel, je suis convaincue du message, de ce que l’on véhicule. Lorsque l’on voit ces gens qui font la fête, et qui partagent ça avec nous, on a tout gagné.

Propos recueillis par : Julien Rouche

D’AUTRES ARTICLES À DÉCOUVRIR